Y a Green Montana dans la gova (et bientôt partout) – Check

Y a Green Montana dans la gova (et bientôt partout)

13 août 2018

Thomas Haulotte

“J’entends des bruits en bas de chez oim, y’a Green Montana dans la gova” – Alors qu’Isha enchaîne les dates un peu partout, c’est au tour de son protégé de sortir de l’ombre. Pour la sortie de son premier projet Bleu Nuit, rencontre avec la nouvelle perle de la scène belge.

« Ce que j’apporte avec ma musique ? Comme le dit le titre du projet, la couleur c’est bleu nuit, il faut l’écouter tard et s’évader, c’est un truc sombre… »

Paradoxe, c’est par une belle après-midi d’été que je rencontre Green en haut du Mont des Arts, à Bruxelles. Il est accompagné de Stan, son manager, et Six, son Creative Director (c’est toujours mieux d’avoir un titre en américain).

Accrocher les étoiles

Les deux sont unanimes: « Green, c’est l’avenir. Il est influencé par la trap US mais il arrive à dépasser ça. il amène des flows, des mélodies qu’on ne voit pas dans le rap français » explique Stan. « Sa force, c’est sa science de la mélodie. Il sait dire des choses banales, de manière banale, sans que ça paraisse banal. Il a aussi une méconnaissance de ses forces, c’est un plaisir de l’emmener là où il peut aller. C’est comme une belle meuf, elle est encore plus jolie quand elle le sait pas ! » enchaîne Six.

« Jusqu’où il peut aller ? Honnêtement, je l’aurai pas fait si je pensais pas qu’il pouvait accrocher les étoiles. »

Commençons avec un saut dans le passé. Green est né, a grandi et habite encore à Verviers, dans la province de Liège. Pour lui, tout part du Montana Squad. Il écoute beaucoup de rap et commence, comme c’est souvent le cas, par reprendre les textes et les caler sur d’autres instrumentales. « A la base j’écoutais du rap français. Kery James, la Mafia K’1 Fry, Sexion d’Assaut. Puis je les ai tous lâché pour Lil Wayne, Drake, etc. Encore aujourd’hui ils m’influencent, au même titre qu’un Rich The Kid par exemple, qui apporte des nouveaux codes auxquels je m’identifie beaucoup. »

Il écrit son premier texte, le montre à ses potes. ll laisse assez vite tomber jusqu’à ce que son cousin, Chico, lui propose de rejoindre le crew. C’est le début d’une belle histoire.

SoundCloud Game

S’en suivent les premiers studios et, très vite, une rencontre avec Isha. « Il kiffait ce que mon cousin Chico faisait. Il lui a envoyé un de mes sons et Isha a kiffé, c’est là qu’on s’est rencontré. C’est une rencontre artistique avant tout ». Stan me détaillera cette découverte plus tard: « Quand il a découvert Green, il m’a appelé direct. Il m’a dit « gros, ça va pas. Je viens de découvrir un truc de fou ». Ça Green le sait pas, on lui a pas dit, mais Isha est tombé amoureux de sa musique immédiatement ».

Aujourd’hui, les deux sont amis. « C’est la famille. Ça fait plaisir de voir qu’il tourne un peu partout maintenant. Un jour on travaillera ensemble, c’est sûr. »

Green Montana, c’est aussi l’un des rares artistes belges émergents à venir du SoundCloud Game. En plus du 2 titres disponible sur les plateformes de streaming, il y a pas mal de perles à dénicher là-bas. Même dans ses premiers clips sur Youtube, on ne le voit pas ou très peu. Il a mit longtemps à se montrer, et aujourd’hui c’est fait.

« A la base c’était pour me démarquer, un choix stratégique. Je voyais que ça marchait ailleurs et j’aimais bien l’idée de pouvoir lâcher tes sons sans avoir besoin de visuels à chaque fois. Je kiffe ce game mais je me suis rendu compte que ça suffit pas. Y’a quelque chose à gratter, par exemple le réal de Briquet nous a découvert sur Soundcloud. Mais il faut élargir, les visuels c’est important. »

Aujourd’hui, son premier projet, Bleu Nuit, est sorti sur les plateformes de streaming. Un 2 titres étonnant et prometteur. « C’est une bonne étape. J’ai pas vraiment d’attente, c’est plus un avant-goût.” Avant un projet qui devrait arriver fin 2018. Quand on lui demande ce qu’on peut lui souhaiter dans la vie, il répond sans réfléchir: « Riche ! riche, tu t’imagines même pas à quel point. Quand j’aurai accompli des choses. Faut jamais s’arrêter de charbonner car tout ça ne dure qu’un temps. Et puis une longue vie, c’est le plus important. »

C’est tout ce qu’on lui souhaite.

J’me réveille pour les chiffres et maman le sait,

Y’a tout qui est cheum ici, dis moi comment faire,

Et les pockets remplies feront pas l’affaire.

(Crédits photos: Renaud Héritier)

Thomas Haulotte

Passionné de rap depuis qu’il découvre Sinik (personne n'est parfait...), Thomas est un jeune étudiant bruxellois qui touche à tout dans le monde des médias et de la musique. Radio, management, écriture, il se console comme il peut de sa carrière de rappeur refoulé.